C dans l’Actu-band :

Un EPI info-doc, français, histoire-géographie, technologie

 

 

Thématique : Information, communication, et citoyenneté

 

Objectifs :

 

1- Faire découvrir à tous les élèves de 4ème l’univers de la presse et des différents types de médias

 

2- Sensibiliser les élèves au monde des médias, les faire réfléchir sur le contenu, la forme et la véracité des informations transmises, les former à une utilisation raisonnée et citoyenne des médias numériques. En les mettant en situation de production, ce projet vise la réussite de chacun, l’acquisition de l’autonomie et la responsabilisation de tous.

 

3- Aborder la question des droits : d’auteur, de propriété, d’image, de voix etc.

 

4- S’initier à la manipulation du matériel audio-visuel dans lequel le collège a investi : perches pour le son, caméras semi-professionnelles, micros et table de mixage, enregistreurs…

En cours de technologie, les élèves découvrent l’utilisation des logiciels de montage (Audacity)

 

Domaines du socle concernés par l'EPI:

 

Domaine 1 : les langages pour penser et communiquer

Domaine 2 : les méthodes et outils pour apprendre

Domaine 3 : la formation de la personne et du citoyen

Domaine 5 : les représentations du monde et de l’activité humaine

 

Compétences transversales prioritaires (EMI, EMC) :

 

Maîtrise de la langue orale

Formation de l'esprit critique

Produire, communiquer, partager et restituer l’information sous une autre forme

Utiliser les médias et les informations de manière autonome et responsable (internet)

Exploiter l’information de manière raisonnée (droits)

 

Production finale :

 

Réalisation/création : Journal en ligne et/ou journal télévisé et/ou webradio.

 

Calendrier et contenu :

 

Trois temps forts en co-enseignement :

 

1- L’étude de la presse écrite et du métier de journaliste. Les élèves découvrent la charte de la déontologie du journaliste, rédigée à Munich en 1971. Ils étudient le traitement de l’actualité, de l’annonce d’un événement à la rédaction de l’article. Ils lisent et analysent divers articles de presse, apprennent le vocabulaire des médias. Ils travaillent sur un article de presse en étudiant

les éléments qui le structurent. L’actualité récente est aussi pour eux l’occasion de réfléchir à ce que représente l’authenticité de l’information et la vérification de ses sources.

 

2- Rencontre de professionnels des médias, visite, accueil… La presse/les médias au cinéma

 

3- Webradio : Rétrospectives 2018. Choix du sujet d’actualité, comprendre, restituer oralement, et enregistrer avec Audacity

 

Intervenants extérieurs/Sorties :

 

Professionnels des médias : Presse écrite, TV, radio

 

Besoins particuliers (organisation, matériel…) :

 

Films : "L’affaire Dreyfus" et "Veronica Guerin" .

Casques avec micro, logiciel Audacity

 

Séquence 1 : D’où vient l’info ?

Séance 1 : C’est quoi, une information ?

 

Paroles d’élèves :

 

Pour vous, qu’est-ce que les médias ?

 

Quel est le rôle des médias ?

 

Comment vous informez-vous ?

 

Vérifiez-vous les informations / les images que vous recevez ?

 

La communiquez-vous et comment ?

 

Qu’est-ce que l’info-obésité ?

 

 C'est quoi une information ?

Les clés des médias

Info vs intox :

Fake news ou comment repérer une fausse information ?

 

 

1. Les décodeurs :

Decodex du journal Le Monde, Google reverse, Tineye, Hoaxbuster

 

 2. L’auteur

 

3. Le contenu

 

Séance 2 :  le circuit de l’information et le rôle du journaliste

 

Les mécanismes mis en œuvre pour informer

 

1. Les cinq étapes

 

2. Les sources : 4 principales

 

3. L’AFP

 

4. La méthode QQQOCP

 

 Le journalisme en cinq questions :

 

1. Le journalisme, c’est quoi ?

 

2. Qu’est-ce qu’un média ?

 

3. Qu’est-ce qu’un journaliste ?

 

4. Le travail du journaliste : la déontologie du journaliste

 

5. La liberté de la presse

 

Séquence 2 : Les médias d’information

Séance 1 : A la découverte des médias

 

 Le pluralisme des médias

 

1. Presse écrite

 

2. Radio

 

3. TV

 

4. Presse en ligne

 

 

Séquence 3 : L’affaire Dreyfus : Le rôle de la presse

En 1894, le journal le Figaro révèle l'existence d'une enquête au sein de l'état-major de

l'armée française à la suite d'une affaire d'espionnage.

Le capitaine Alfred Dreyfus, juif d'origine alsacienne est accusé d'avoir livré des secrets militaires à l'Allemagne. Dreyfus est condamné en 1895, dégradé et envoyé au bagne en Guyane en 1895.

 

Jusqu'en 1898, Dreyfus est le coupable idéal et évident ; l'opinion est peu concernée et plutôt unanime quant à sa culpabilité, le contexte antisémite et nationaliste de l'époque (lié notamment à

"l'esprit de revanche" qui suit la défaite de 1871 face à la Prusse, revanche dont l'armée

doit être l'instrument) favorisant cette opinion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais en 1896, le colonel Picquart (chef du contre-espionnage) découvre le véritable espion : le commandant Esterhazy. Celui-ci est jugé mais acquitté par la cour martiale sous les applaudissements des nationalistes (qui veulent avant tout protéger le prestige de l'armée et de la Nation). Émile Zola publie alors le célèbre « j'accuse » à la une du journal l'Aurore en janvier 1898. C'est le véritable commencement de « l'affaire » Dreyfus et donc de l'implication massive de la presse écrite et de l'opinion dans le débat public.

Dreyfus est finalement acquitté et réhabilité en 1906.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quel fut le rôle de la presse pendant l'affaire ?

 

La presse écrite, dont les tirages sont de plus en plus importants, véhicule les opinions antagonistes des dreyfusards et des antidreyfusards. Près de 100 000 articles ont ainsi été publiés sur l’affaire entre l’arrestation du capitaine Dreyfus en 1894 et sa réhabilitation en 1906. Elle contribue ainsi à forger et à radicaliser les opinions ainsi qu'à diviser la population pendant l'affaire. La presse constitue une tribune pour chaque camp et occupe donc une place essentielle dans la crise.

 

On distingue ainsi une presse populaire/presse d'information, qui se veut plutôt neutre, d'une presse d'opinion, très influente, qui prend parti et s'engage clairement en fonction de son idéologie et des valeurs qu'elle défend. Une cinquantaine de quotidiens d’opinion sont diffusés à Paris et près de 200 en province. La presse a donc en partie "fait" l’affaire Dreyfus, en lui donnant un retentissement médiatique considérable, en mobilisant l'opinion et en la divisant (même si une partie conséquente des français, encore majoritairement rurale, montre peu d'intérêt pour l'affaire).

 

« l'Aurore » est un petit quotidien parisien de centre gauche, républicain et progressiste, fondé en 1897, dont les idées sont principalement incarnées par Georges Clemenceau, son éditorialiste. Le journal devient le fer de lance des dreyfusards après la publication du « J'accuse » de Zola, dirigé contre l’armée et le gouvernement. Cet article lance l'affaire Dreyfus et entraîne la constitution du camp dreyfusard, constitué notamment « d'intellectuels » dont Zola est la figure de proue. Le journal offre ainsi pendant toute l'affaire une tribune, un espace d'expression pour toutes les (grandes) figures du mouvement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« La Libre Parole » est un journal politique et antisémite français fondé en 1892 par le journaliste et polémiste Édouard Drumont. La Libre Parole se fera connaître par la dénonciation de différents scandales (dont celui de Panama) mais c'est surtout avec l'affaire Dreyfus que le journal connaît un succès considérable en devenant l'organe principal de l'antisémitisme parisien. Jusqu'au début du XXème siècle, la grande majorité des journaux (à Paris comme en province) est antidreyfusarde. Parmi ces opposants à la révision du procès de Dreyfus, on trouve des journaux antisémites comme « la libre parole », des journaux catholiques (« la croix », « le pèlerin ») et des

journaux nationalistes (souvent également antisémites). L'unité de ce mouvement tient aussi en partie à son rejet du régime parlementaire, supposé corrompu et livré à l'appétit des juifs/francs-maçons/socialistes formant un complot international contre la France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plus grands organes de presse ("Le Petit journal", "Le Petit parisien", "Le Matin"...) qui s'adressent à un très large public (« le petit journal » tire quotidiennement à plus d'1 million d'exemplaires) restent dans une prudente réserve de peur de voir leur vente chuter, même s'ils n'évitent pas toujours l'antisémitisme et le nationalisme, plutôt vendeur à l'époque (le "petit journal" est par exemple plutôt antidreyfusard). Toutefois, c'est le ralliement de l'opinion républicaine modérée représentée par des journaux comme "le temps", "le journal des débats" ou "le petit

parisien" à la cause de Dreyfus qui amène à la révision du procès.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La presse s’est emparé de l’Affaire Dreyfus, par exemple le journal le Figaro, a mobilisé l’opinion publique et l’a divisée :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par quel moyen la presse mobilise-t-elle l'opinion ?

 

TIRAGES NOMBREUX : Au-delà de l'augmentation des tirages qui permettent de toucher un plus large public (augmentation largement liée aux progrès de l'imprimerie nés des Révolutions Industrielles), les journaux s'adaptent en développant des techniques de vente et de

« persuasion » efficaces. La presse devient un véritable média de masse répondant à la nouvelle demande sociale née de l'alphabétisation (loi de 1881/1882 rendant l'école gratuite, obligatoire et laïque), de l'urbanisation et de la démocratisation du régime (liberté d'expression, suffrage universel masculin...). Les journaux cherchent ainsi à "vendre du papier" et, en ce qui concerne la presse d'opinion, à défendre leurs valeurs et leurs intérêts politiques.

 

TITRES PERCUTANTS : Originellement intitulé « lettre au président de la République », l'article de Zola est renommé « J'accuse » par Clemenceau, titre plus percutant et plus adapté au mode de diffusion de la presse. En effet, cette manchette (titre en gros caractère dans le vocabulaire de la presse) est facilement lisible sur les affiches placardées dans les rues, peut être aisément "crié" par les vendeurs ambulants et comprend une évidente dimension polémique qui plaît au public de l'époque (attiré par les faits divers et les scandales).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE DESSIN DE PRESSE : en particulier la caricature (représentation où les traits principaux sont grossis, exagérés) deviennent un élément essentiel du vocabulaire journalistique. Les juifs sont ainsi représentés avec un air fourbe, un nez crochu etc. Les thématiques de la traîtrise, de l’appât du gain ou encore du complot judéo-maçonnique sont mises en image et fondent la culpabilité de Dreyfus. Les campagnes de presse sont souvent très violentes, dans les mots et dans les images, à l'instar de celle contre Zola après la publication de « j'accuse ». La caricature est donc adaptée à un large public, pas forcément instruit ou alphabétisé, dans la mesure où elle permet de faire passer un message simple/simplifié de manière directe. Plus tard, les photos rempliront en partie cette fonction (cf le « choc des photos » de Paris Match).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelles sont les conséquences politiques de cette affaire ?

 

A travers la défense de Dreyfus, ce sont en réalité deux conceptions politiques antagonistes qui se sont opposées (il faut rappeler que la IIIème République était encore fragile à cette époque). L'affaire Dreyfus et la presse d'opinion ont ainsi joué un rôle essentiel dans la structuration du paysage politique français contemporain.

 

Le camp des antidreyfusards : ils accusent Dreyfus au nom de la raison d’État, de la protection du prestige de l'armée et de la Nation. On retrouve dans ce groupe la droite nationaliste, antisémite, souvent antiparlementaire et catholique (et même parfois monarchiste comme Charles Maurras avec l'Action Française fondée en 1905). Ainsi, à l’exception du Figaro, les journaux conservateurs sont pour l’armée et contre Dreyfus.

 

Le camp des dreyfusards : ils soutiennent Dreyfus au nom des valeurs de la République et de la démocratie (égalité, liberté, justice, droit de l'homme...). Le groupe est constitué par la gauche républicaine et les intellectuels, c'est à dire les personnes disposant d'une certaine autorité dans l'opinion en raison de leur profession ou de leur statut social et qui s'engagent dans les débats publics en faisant part de leurs analyses pour défendre leurs valeurs/idées. Le terme est d'ailleurs apparu pendant l'affaire Dreyfus : il fut utilisé par les antidreyfusards (M. Barrès) pour désigner Zola et comporte donc à l'origine une très forte connotation péjorative. Globalement, les journaux républicains sont ainsi favorables à la révision du procès et défendent les droits individuels de Dreyfus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le clivage politique droite-gauche s'établit pendant l'affaire Dreyfus et les différents mouvements politiques se structurent, entre autre, à cette occasion. En 1898, les antidreyfusards Henri Vaugeois et Maurice Pujot (bientôt rejoints par Charles Maurras) créent l'Action Française, mouvement politique antisémite, monarchiste et nationaliste ; l'extrême droite contemporaine prend forme. La même année, le républicain Ludovic Trarieux fonde La Ligue Française pour la Défense des Droits de l'Homme et du Citoyen (LDH) pour soutenir la cause de Dreyfus ; l'organisation devient le creuset de la gauche républicaine. En 1901, le Parti Radical-Socialiste voit le jour ; il est structuré comme un parti moderne et fonctionne comme une machine électorale de rassemblement républicain (qui s'appuie en particulier sur les réseaux dreyfusards). En 1902, deux partis de gauche sont créés : le Parti Socialiste Français de Jean Jaurès (dreyfusard tardif mais influent à partir de 1899) et le Parti Socialiste de France de Jules Guesde et d'Edouard Vaillant ; les deux partis fusionnent en 1905 et forment la Section Française de l'Internationale Ouvrière (SFIO). La gauche française s'organise.

 

La réhabilitation de Dreyfus s'apparente à la victoire des républicains et de leurs valeurs, et donc au renforcement de la démocratie parlementaire. Elle participe ainsi de l'enracinement de la IIIème République et de la structuration des mouvements politiques dans le pays.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une du journal républicain satirique le Grelot de novembre 1894.

Dreyfus est présenté comme un Judas (en référence à Judas Iscariote, un des douze apôtres de Jésus qui l'aurait

dénoncé aux grands prêtres du temple de Jérusalem contre quelques pièces d'or). Derrière lui, sous une bannière

maçonnique, Jules Guesde et Jean Jaurès, chefs de file de l’extrême gauche, sont également assimilés à des

ennemis de la France liés à un complot international.

"J'accuse", la célèbre une du journal l'Aurore du 13 janvier 1898 qui lance véritablement l'affaire Dreyfus.

 

Affiche publiée en 1898 dans le supplément gratuit du journal Le Siècle favorable à la révision du procès. Elle présente les grandes figures intellectuelles et politiques de l'époque (Jaurès, Zola, Clémenceau, Reichnach) ainsi que des hommes de moindre notoriété.

 

La une du journal antisémite La Libre parole de novembre 1894

 

Affiche antidreyfusarde publiée par la Ligue des Patriotes fondée par l'écrivain et militant nationaliste Paul Déroulède en 1898. Elle présente des personnalités antidreyfusardes comme le ministre de la guerre Cavaignac et des généraux.

 

Une du supplément illustré du Petit Journal de janvier 1895, journal grand public et plus modéré concernant Dreyfus "Le petit parisien" de décembre 1897 présentant le commandant Esterhazy.

 

"Un dîner en famille", dessin de Caran d'Ache paru dans Le Figaro du 14 février 1898 qui illustre la division des Français

(en légende, en haut: "surtout ne parlons pas de l'affaire Dreyfus"; en bas: "ils en ont parlé").

 

Carte postale caricaturant le combat de Zola et des dreyfusards contre l'armée (1899).

Condamné à un an de prison et 3 000 francs d’amende, Zola s’exile en Grande Bretagne

 

Le "roi des porcs", planche n°4 de la série le Musée des Horreurs (1899/1900), caricature de Zola par Victor Lepveu. Ce "panthéon des monstres" que constitue la série vise à montrer l'immoralité de la cause des dreyfusards et leurs rôles dans l'affaiblissement de la France. Le romancier est présenté comme un traître à sa patrie, aussi bien par ses œuvres (assimilées à des déjections) à caractère social qui peuvent justifier les revendications socialistes que par son soutien à Dreyfus et donc au complot international contre la France (cf le "caca international" dont il barbouille le pays)

 

"Le Traître", planche n°6 du Musée des Horreurs, caricature de Dreyfus par Victor Lepveu (1899/1900). Ici, le serpent, qui représente le péché dans la tradition chrétienne, illustre la culpabilité de Dreyfus (et plus largement des juifs dont le complot menace le pays, comme en témoignent les multiples têtes de l'animal) et le nécessaire recours à la violence dans la lutte contre ces ennemis de la Nation (cf le couteau planté dans la queue)

 

La une du journal antisémite et antidreyfusard Psst...! par le caricaturiste Caran d'Ache en 1898.

 

Une du journal antisémite la libre parole de novembre 1894. La caricature reprend tous les clichés sur les juifs : gros nez, grandes oreilles, appât du gain, lien avec les francs-maçons, traitrise... Le "chez nous" de la légende laisse entendre que les juifs ne sont pas français mais apatrides.

 

Affiche électorale antisémite, antisocialiste et nationaliste (1902).

 

La réhabilitation de Dreyfus en 1906.

Le journal socialiste l'Humanité après l'acquittement de Dreyfus en juillet 1906

E.P.I

Collège de TUBAND

4 ème

2018

Info-Intox : quand Internet vous tend des pièges

France 24

What The Fake / France TV Slash – D’où vient l’info ?

CLEMI

qu’est ce qu’une source ?

Les clés des médias

 Le journalisme en cinq questions :

Arte

 le pluralisme des médias

Les clés des médias

Séance 2 : séance pratique

Partenaires

Mentions légales

Nous contacter

Mode d'emploi